I run from you then walk back to
You, who I don't know

Julia Holter, Night Song
-

The 80 key-words of Roland Barthes' Fragments d'un discours amoureux have been engraved on the sides of 14 natural crystals. The piece thus takes the form of a summary, the whole of which is to be ascertained through the reconstruction of its parts. Scattered over a sheet of black and shiny steel, the crystals (metaphors of desire, in keeping with Stendhal’s concept) seem to float on a still pool of tar. A tangle of brambles and the glass case that encloses the whole piece render the crystals inaccessible, heightening the sense of the impossibility of any contact beyond the visual. It is as though we are looking through the panes of a vivarium, watching and waiting for an animal to appear.

Rock crystals, brambles, steel, glass.
44 x 50 x 30 cm.
Il n'est pas vrai que plus on aime, mieux on comprend; ce que l'action amoureuse obtient de moi, c'est seulement cette sagesse: que l'autre n'est pas à connaître; son opacité n'est nullement l'écran d'un secret, mais plutôt une sorte d'évidence, en laquelle s'abolit le jeu de l'apparence et de l'être.

Roland Barthes, "Inconnaissable" in Fragments d'un discours amoureux
-

Les 80 mots-clé du livre de Roland Barthes Fragments d’un discours amoureux ont été gravés sur chacune des 6 faces de 14 cristaux bruts. L’ensemble prend ainsi la forme d’un sommaire dont les sections seraient à reconstituer. Éparpillés sur une plaque d’acier patiné et verni, les cristaux (employés ici comme symboles du désir amoureux, suivant le concept de cristallisation inventé par Stendhal) semblent flotter sur une nappe étale de bitume, comme un miroir noir. Un enchevêtrement de ronces défend leur accès; une boîte de verre enferme le tout, renforçant la sensation de l’impossibilité d’un contact autre que visuel. On croit ainsi regarder un vivarium, à guetter l’apparition d’un animal.

Cristaux, ronces, acier, verre.
44 x 50 x 30 cm.